Simple Fitness, Food and Health Hacks

Hey, I'm Julien. Each week I share a newsletter designed to make you fitter. It's short, smart and actionable16k read it, I'd love you to join too. It's free.

Push/Pull/Legs (PPL): La Méthode de Musculation Ultime ?

 Écrit par 

Antoine Thomas

 Mis à jour le 

Nous pouvons recevoir une commission de nos liens d'affiliation sans frais supplémentaires pour vous. Voir la page de divulgation.


La méthode Push Pull Legs (PPL), vous connaissez ? Ce programme d’entraînement révolutionnaire qui transforme le physique des athlètes qui le pratique ? Cette technique d’entraînement, puissante et efficace, est plébiscitée tant par les novices que les experts en fitness. Dans les lignes qui suivent, nous allons non seulement démystifier la méthode PPL, mais également explorer ses avantages et inconvénients, détailler les exercices associés, et fournir des conseils pratiques pour construire un programme d’entraînement sur mesure. C’est parti !

La Méthode Push Pull Legs (PPL): Qu’est-ce que c’est ?

La méthode Push Pull Legs (PPL) est un programme de musculation divisé en trois jours distincts, focalisant sur trois groupes de mouvements.

Un homme fait des tractions en salle de crossfit
  • Save
  • “Push” correspond aux exercices sollicitant principalement les muscles qui servent à pousser (pectoraux, épaules, triceps).
  • “Pull” fait référence aux exercices ciblant les muscles qui permettent de réaliser des mouvements de tirage (dos, biceps).
  • “Legs” englobe les exercices dédiés au bas du corps.

Originaire des années 70, cette méthode était déjà adoptée par les bodybuilders de l’époque pour sa simplicité et son efficacité. Sa popularité n’a cessé de croître grâce à son adaptabilité à différents niveaux de pratique.

Push Pull Legs : Avantages et Inconvénients

Naviguons à travers les hauts et les bas de la méthode PPL pour éclairer votre chemin vers la réussite physique.

Avantages

La méthode PPL offre une multitude d’avantages.

  • Elle garantit une récupération musculaire adéquate, essentielle pour optimiser la croissance et la force. Grâce à la séparation des groupes musculaires, chaque zone a le temps de se reposer pendant que les autres travaillent.
  • Cette approche est extrêmement flexible. Que vous soyez disponible trois, quatre ou six jours par semaine, vous pouvez ajuster le programme PPL à votre emploi du temps.
  • Cette méthode convient à tous les niveaux de pratique, du débutant à l’athlète chevronné, offrant une structure simple mais efficace qui peut être adaptée selon les besoins et les objectifs spécifiques de chaque individu.

Inconvénients

Malgré ses nombreux avantages, la méthode PPL n’est pas dépourvue d’inconvénients.

  • Pour les débutants complets, l’intensité générée pour la combinaison d’exercices ciblant les mêmes groupes musculaires peut être initialement écrasante, nécessitant un temps d’adaptation.
  • Cette approche requiert au moins 3 entraînements par semaine pour que tous les groupes musculaires soient travaillés, ce qui peut être contraignant.
  • À moins de doubler votre PPL (6 séances par semaine), vous devrez probablement coupler cette technique avec d’autres formats d’entraînement si vous voulez progresser sur le long terme. En effet, à 3 entraînements par semaine, chaque groupe musculaire ne sera sollicité qu’une fois, ce qui est relativement peu.

Les différents exercices par groupe musculaire

Voyons de plus près les mouvements clefs qui constituent les fondations solides de la méthode Push Pull Legs.

Les exercices ‘Push’

Les exercices de « Push » concernent principalement les muscles de poussée: pectoraux, épaules, et triceps. Ces exercices comprennent, sans s’y limiter, les développés (développé couché, développé incliné), les dips, les élévations latérales… Pour les personnes souhaitant accentuer le travail sur ces muscles, diverses variations et accessoires peuvent être intégrés pour moduler l’intensité et la difficulté des exercices.

Les exercices ‘Pull’

Les exercices de tirage visent les muscles tireurs, notamment le dos et les biceps. Les tractions, le rameur et le deadlift (soulevé de terre) sont des incontournables de cette catégorie. Ces exercices favorisent le développement de la largeur et de l’épaisseur du dos, tout en sollicitant secondairement les biceps et les avant-bras. Une grande variété d’exercices et de variations existe, permettant de cibler spécifiquement certains muscles ou régions du dos et des bras pour un développement harmonieux et équilibré.

Un homme musclé et torse nu fait du curl marteau
  • Save

Les exercices ‘Legs’

Enfin, la catégorie « Legs » englobe tous les exercices destinés au renforcement et au développement des jambes. Squats, leg presses, et fentes constituent le cœur de cette catégorie. Ces exercices travaillent intensément les cuisses, les fessiers et les mollets, garantissant ainsi une base solide et puissante. Le choix et la combinaison des exercices doivent être effectués avec soin, en tenant compte des objectifs spécifiques et des éventuelles limitations ou contraintes physiques de chaque individu.

Comment construire son programme Push/Pull/Legs?

Concevoir un programme efficace avec la méthode PPL est un art en soi. Apprenons à élaborer un plan d’action adapté à vos besoins.

Fréquence d’entraînement

La fréquence d’entraînement dépend largement de vos objectifs et de votre disponibilité. Pour les débutants, trois séances par semaine (une pour chaque groupe : Push, Pull, Legs) peuvent suffire pour initier des gains significatifs en force et en masse musculaire.

Les pratiquants intermédiaires et avancés peuvent opter pour une fréquence de quatre à six séances par semaine. Or, vous l’avez compris, le schéma PPL strict implique 3 ou 6 séances par semaine. Si vous voulez faire 4 séances par semaine, faites un PPL + Fullbody sur le jour restant. Pour un programme de 5 jours par semaine, optez pour un PPL + Half body x 2 (un jour haut du corps, un jour bas du corps).

Cette augmentation de fréquence permet une sollicitation musculaire plus régulière, favorisant ainsi des progrès accélérés et durables.

Intégration des exercices d’isolation

Bien que les exercices polyarticulaires soient au cœur de la méthode PPL, les exercices d’isolation ont également leur place. Ces derniers sont utiles pour cibler des muscles spécifiques qui nécessitent une attention particulière. Intégrez ces exercices à la fin de vos séances d’entraînement pour travailler en profondeur un muscle donné sans compromettre votre énergie pour les exercices principaux.

Réalisez-les si possible en fin de séance, en tant qu’exercices de finition. L’idéal est de garder un maximum d’énergie pour les exercices polyarticulaires, qui sont ceux qui vous apporteront le plus de gains. Choisissez judicieusement ces mouvements d’isolation en fonction de vos faiblesses ou des zones que vous souhaitez développer davantage. Ils peuvent également servir à cibler des muscles et faisceaux plus difficilement atteignables. Les élévations latérales, par exemple, peuvent voir aider à cibler le faisceau latéral des deltoïdes, plus difficile à cibler avec des exercices composés.

Un homme fait du curl biceps
  • Save

Erreurs courantes et pièges à éviter

Naviguer à travers cette méthode d’entraînement peut présenter quelques défis. Examinons les erreurs fréquentes et comment les éviter.

Les erreurs fréquemment commises

Les débutants, en particulier, peuvent commettre plusieurs erreurs dans l’adoption de la méthode PPL.

  • Une erreur courante est de négliger l’importance de la récupération. Sans repos adéquat, les muscles ne peuvent se réparer et se renforcer efficacement. Cette erreur concerne surtout les personnes qui doublent leur PPL et ne prennent donc qu’un jour de repos. Ne négligez jamais l’importance de la progressivité.
  • De plus, certains pratiquants peuvent être tentés de trop se concentrer sur les exercices ‘Push’, au détriment des ‘Pull’ et ‘Legs’, ou inversement, créant ainsi des déséquilibres musculaires. Le programme PPL ne permet ni de sauter de séance, ni de faire varier l’intensité de ces dernières.

PPL vs Fullbody : Lequel choisir ?

Évaluons les deux méthodes d’entraînement en les comparant sur différents aspects cruciaux.

Adaptabilité

  • PPL – Flexibilité: PPL s’adapte facilement à différents emplois du temps, permettant aux pratiquants de s’entraîner entre trois et six fois par semaine selon leur disponibilité. De plus, le PPL peut être modifié pour se concentrer davantage sur les points faibles, offrant une personnalisation plus profonde du programme d’entraînement.
  • Fullbody – Convivialité pour les Débutants: Fullbody est souvent plus accessible pour les débutants, nécessitant moins de jours d’entraînement tout en sollicitant tous les groupes musculaires.

Potentiel de Progression

  • PPL – Optimisation de l’Intensité: La concentration sur des groupes musculaires spécifiques permet des séances plus intensives, offrant un potentiel de progression significatif pour les pratiquants intermédiaires et avancés.
  • Fullbody – Progression Rapide: Les débutants peuvent voir des progrès rapides avec Fullbody, car chaque session travaille sur l’ensemble du corps, maximisant ainsi le stimulus musculaire à chaque entraînement. Toutefois, ce format ne permet pas de s’entraîner beaucoup plus de 3 fois par semaine pour des raisons de récupération. Le potentiel de progression est moins grand.

Simplicité

PPL – Planification Requise: PPL nécessite une compréhension de base des groupes musculaires et de la planification de l’entraînement, ce qui peut être légèrement intimidant pour les novices.

Fullbody – Facilité d’Accès: Avec une structure d’entraînement simple et directe, Fullbody est souvent perçu comme étant plus facile à suivre pour les personnes novices dans le domaine de la musculation.

Récupération

PPL – Récupération Optimisée: En ne ciblant qu’un ou deux groupes musculaires par séance, PPL permet à chaque groupe musculaire de récupérer pleinement avant la prochaine séance de musculation.

Fullbody – Repos entre les Séances: Comme Fullbody travaille sur l’ensemble du corps à chaque séance, il pourrait nécessiter plus de jours de repos entre chaque entraînement.

Le verdict

Le choix entre PPL et Fullbody se fait en fonction de vos objectifs, de votre niveau d’expérience et de vos préférences personnelles en matière d’entraînement. On conseillera plutôt le fullbody aux débutants ou aux personnes avec un emploi du temps chargé. Pour une progression plus importante dans le temps, optez pour le PPL.

Programmes Push Pull Legs détaillés

Découvrir la théorie c’est bien, mais avoir un plan d’action concret c’est encore mieux. Décortiquons ensemble des programmes PPL adaptés à différents niveaux.

Programme pour Débutant

Séance Push

  • Développé couché ou développé militaire (alterner selon les semaines): 3 séries de 12-15 répétitions
  • Dips assistés: 3 séries de 12-15 répétitions
  • Élévations latérales: 3 séries de 15-20 répétitions

Séance Pull

  • Tractions assistées: 3 séries de 10-12 répétitions
  • Rowing barre: 3 séries de 12-15 répétitions
  • Curl haltères: 3 séries de 15-20 répétitions

Séance Legs

  • Squats ou presse à cuisses: 3 séries de 12-15 répétitions
  • Fentes: 3 séries de 15-20 répétitions par jambe
  • Leg curl: 3 séries de 12-15 répétitions

Programme pour Intermédiaire

Séance Push

  • Développé incliné haltères: 4 séries de 8-12 répétitions
  • Dips au poids du corps: 4 séries de 8-12 répétitions
  • Élévations latérales: 4 séries de 12-15 répétitions
  • Extensions triceps derrière la tête: 4 séries de 12-15 répétitions

Séance Pull

  • Tractions: 4 séries de 8-12 répétitions
  • Rowing haltère un bras: 4 séries de 8-12 répétitions par bras
  • Curl barre: 4 séries de 12-15 répétitions
  • Face pulls: 4 séries de 15-20 répétitions

Séance Legs

  • Front Squat: 4 séries de 8-12 répétitions
  • Leg press: 4 séries de 12-15 répétitions
  • Romanian deadlift: 4 séries de 8-12 répétitions
  • Calf raises: 4 séries de 15-20 répétitions
Un homme fait du squat en salle
  • Save

Programme pour Avancé

Séance Push

  • Développé incliné: 5 séries de 6-10 répétitions
  • Overhead press: 5 séries de 6-10 répétitions
  • Écarté poulie vis à vis: 5 séries de 10-12 répétitions
  • Tricep pushdown: 5 séries de 10-12 répétitions
  • Élévations latérales: 5 séries de 12-15 répétitions

Séance Pull

  • Tractions lestées: 5 séries de 6-10 répétitions
  • Face pulls: 5 séries de 12-15 répétitions
  • T-Bar row: 5 séries de 6-10 répétitions
  • Preacher curl: 5 séries de 10-12 répétitions
  • Hyperextensions: 5 séries de 12-15 répétitions

Séance Legs

  • Squat: 5 séries de 6-10 répétitions
  • Fentes bulgares: 5 séries de 10-12 répétitions par jambe
  • Hip thrust: 5 séries de 10-12 répétitions
  • Leg extension: 5 séries de 12-15 répétitions
  • Leg curl: 5 séries de 10-12 répétitions

FAQ : Questions Fréquemment Posées

Est-ce que la méthode PPL convient aux débutants ?

Absolument, bien que PPL demande une certaine familiarisation avec divers exercices, elle offre une structure claire et une récupération musculaire optimale, ce qui la rend adaptée aux débutants motivés.

Combien de fois par semaine dois-je m’entraîner avec PPL ?

Cela dépend de votre emploi du temps et de vos objectifs. Une routine PPL classique s’effectue sur trois jours, mais pour des gains accélérés, vous pouvez aussi l’effectuer deux fois, totalisant six jours d’entraînement.

Puis-je intégrer des exercices cardio dans un programme PPL ?

Oui, le cardio peut être intégré les jours de repos ou après les séances d’entraînement, en fonction de vos objectifs de condition physique et de perte de poids.

Comment éviter le plateau dans la progression avec PPL ?

Varier les exercices, ajuster les charges, et modifier le nombre de répétitions et de séries sont des stratégies efficaces pour continuer à progresser.

Est-ce que le Fullbody est mieux pour la perte de poids ?

Les deux méthodes peuvent être efficaces pour la perte de poids si elles sont combinées avec un régime alimentaire approprié. Fullbody peut brûler plus de calories par séance car il travaille sur l’ensemble du corps.

A propos de

Passionné de nature et de sports en tout genre (course à pied, VTT, escalade, football), j’ai découvert la callisthénie dès l’adolescence, et ai pratiqué cette activité assidûment depuis. Je m’intéresse aujourd’hui à tout ce qui touche à la biomécanique et à la préparation physique au sens général. Lorsque que je ne suis pas sur un sentier ou sous une barre de traction, vous pouvez m’apercevoir en train de jouer de la guitare ou de préparer une pâte à pizza maison.

Share via
Copy link